Les paris sportifs prennent de plus en plus de place dans la vie des Français. Après une année 2018 riche en émotion et en paris, les Français ont jeté leur dévolu sur cet Euro 2020. Un record a été battu lors de cette compétition européenne. Les sites et les applications de paris n’y sont pas pour rien.

Un record net et sans bavure en France

Au lendemain de la finale de l’Euro 2020, remportée par les Italiens aux dépens des Anglais, la présidente de l’Autorité nationale des jeux (ANJ) a fait une annonce forte. En effet, Isabelle Falque-Pierrotin a reçu le rapport des mises totales enregistrées durant l’Euro 2020 en France et elle s’est exprimée au micro de BFM Business pour annoncer les chiffres. Ainsi, les Français ont misé 435 millions d’euros durant la compétition.

C’est un record qui vient battre l’année du sacre de la France, à la Coupe du monde en 2018, avec pas moins de 335 millions d’euros il y a trois ans. Les matchs qui opposaient les Français à nos amis Suisses et la finale entre l’Italie et l’Angleterre ont représenté plus d’un dixième de la totalité des paris sportifs de l’Euro 2020 sur le sol de l’Hexagone. Le match France-Suisse est celui qui a perçu le plus de mises sur la compétition avec 27 millions d’euros.

Tandis que pour la finale, les Français ont parié pas moins de 20 millions d’euros. La présidente fait également un constat sans appel. Depuis quatre ans, les parieurs privilégient majoritairement les paris en ligne plutôt que les points de vente physiques. En France, il existe de nombreuses plateformes en ligne qui permettent de parier sur des compétitions internationales par le biais du paris sportif.

L’évolution fulgurante des paris sportifs

Mme Falque-Pierrotin, présidente de l’ANJ, constate que les Français sont de plus en plus attirés par les paris sportifs et plus particulièrement autour du foot. En effet, c’est une tendance qui ne cesse de s’accélérer depuis plusieurs années maintenant. Au premier trimestre 2021, le nombre de parieurs sportifs a vu son nombre augmenter de 29 % par rapport à l’année dernière sur la même période.

Cela représente un total de 2,5 millions de comptes actifs en France. Depuis onze ans, les jeux de hasard et d’argent en ligne sont autorisés sur le territoire Français. Cette activité est encadrée par l’Autorité nationale des jeux (ANJ) qui vient remplacer l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) depuis le 1er janvier 2020.

Le jeu des supports de communication avant et pendant l’Euro 2020

Avant le début de la compétition et pendant celle-ci, les bookmakers se sont livré une bataille sans précédent en termes de publicité et de marketing. Une compétition comme cette dernière est un atout pour la communication autour des paris sportifs, dans le but d’attirer de nouveaux joueurs. 

L’espace publicitaire à la télévision, en ville, dans les transports en commun, sur le web et sur les réseaux a été pris d’assaut par les plateformes de paris sportifs. De plus, des « influenceurs », bien connus d’une population française jeune, ont été enrôlés dans cette guerre publicitaire des paris sportifs pour faire la promotion des sites et des applications des différents bookmakers.

Comment fonctionnent les côtes des bookmakers ?

Il faut savoir que les bookmakers sont des entreprises comme les autres. Donc elles ont besoin d’avoir des bénéfices pour survivre, logique. Ainsi, les bookmakers s’accordent des marges sur les cotes pour permettre de générer un profit. Pour cela, les bookmakers proposent des cotes qui sont ajustées en fonction des probabilités.

Les cotes baissent en fonction du nombre de paris placés

Il est tout à fait normal de voir une cote baisser selon la cote initiale et l’équipe qui possédait cette cote. En effet, les parieurs ont tendance à miser sur les cotes les plus intéressantes quand il s’agit d’équipes favorites pour remporter un match. De ce fait, les bookmakers effectuent une régulation des cotes pour diminuer le nombre de mises engagées.

Les probabilités sont les meilleures amies des bookmakers

Les bookmakers fixent leurs cotes en fonction d’un calcul de probabilité simple. Il s’agit de la formule « (1/cote) x 100″. Par exemple, la cote du Paris Saint-Germain face à l’Olympique de Marseille est de 1.20. En appliquant la formule « (1/1.2) x 100″, la probabilité qu’a le pari d’être gagnant, selon le bookmaker, est évalué à 83,33 %.

Bien d’autres paramètres à prendre en compte

Bien sûr, les statistiques et les probabilités ne sont pas les seuls éléments que les bookmakers prennent en compte pour définir une cote. Un match entre une petite équipe et un grand favori jouera bien sur en faveur d’une faible cote pour le favori. La forme d’une équipe est aussi à prendre en compte.

En effet, un club qui enchaîne les victoires verra sa cote baisser progressivement jusqu’à temps qu’elle perde un match. L’inverse fonctionne aussi, une équipe qui ne gagne pas depuis longtemps aura une cote plus élevée. De plus, les joueurs importants blessés ou suspendus d’une équipe entraînera la montée d’une cote.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici