Le marché de l’emploi de l’IT (Information Technology) est au beau fixe, d’après une analyse du site Monster. Depuis la rentrée, les candidats ont effectué pas moins de 600 000 recherches. À côté de ça, plus de 280 000 CV se sont ajoutés sur le portail d’emploi. Les développeurs sont bien plus visibles dans le monde de la recherche d’emploi qu’à l’accoutumée. Et pour cause : les entreprises désirent plus que jamais s’engager dans la transition numérique.

Un marché de l’emploi dynamique

Il n’y a pas de doute, la crise du Covid-19 a participé à la croissance du marché de l’emploi dans le domaine informatique : les CV téléchargés sur les sites d’annonces d’emplois ont augmenté de 51 % par rapport à janvier et de 60 % comparé au mois de septembre 2019. Le nombre de candidatures par poste a enregistré une hausse de 11 % depuis un an. Uniquement sur le troisième trimestre 2020, les professionnels de l’informatique ont émis pas moins de 570 000 recherches d’emploi. Elles concentrent à elles seules 12 % des requêtes globales, toutes spécialités confondues. Les products owners, les data scientists et les DSI sont les professions qui obtiennent la palme en terme d’attractivité.

Du côté des profils des CV disponibles, ce sont les développeurs qui affichent une écrasante majorité avec 282 000 d’entre eux. Ils sont suivis sur le podium par les cyber spécialistes (65 000 CV) et les professionnels liés à la Business Intelligence (50 000 CV). Les chefs de projets IT enregistrent de leur côté 33 000 CV et les métiers du cloud computing en dénombrent 20 000. Les candidats les moins présents sont ceux qui proposent des compétences en tant que Scrum master (2 800 CV), product owner (3 400 CV) et DevOps (3 600 CV). Géographiquement, les candidats, en recherche active ou en veille, sont surtout présents en Île-de-France (54 %), mais aussi en Auvergne-Rhône-Alpes (10 %) et en Occitanie (6 %). La concentration en région parisienne s’explique par une plus forte présence sur place des entreprises liées au numérique ainsi que par des salaires généralement plus élevés.

Malgré le Covid-19, les candidats sont donc encore plus présents qu’avant. Un fait qui a de quoi réjouir les entreprises du secteur de l’informatique, en demande constante de nouveaux profils. Selon les chiffres de l’APEC, le recrutement dans le domaine du numérique est passé de 35 000 postes en 2014 à près de 60 000 en 2019, ce qui représente une croissance annuelle de création d’emploi de près de 14 %. Avec la crise sanitaire actuelle et le recours massif au télé-travail, la plus-value du numérique a encore plus encouragée les entreprises à recruter des professionnels de l’IT, notamment dans les métiers de l’ingénierie software (cybersécurité, architecture informatique, infrastructure, IA, data, systèmes embarqués…).

Un état financier au beau fixe

Épargnées par les tensions économiques actuelles, dues aux restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus, les sociétés IT ne font que renforcer leurs positions dans le paysage français. À l’heure actuelle, le numérique est plus que jamais incontournable, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.

Les salariés espèrent de plus en plus ne pas avoir à être sur leur lieu de travail de manière quotidienne, même en dehors des périodes de confinement. Ils désirent un nouveau modèle, plus hybride. Quant aux entreprises, elles souhaitent s’engager davantage dans la transition numérique, en définissant de nouveaux objectifs, comme le déploiement de services en ligne et une meilleure expérience utilisateur. Les TPE et PME ayant été confrontées de plein fouet à leur retard numérique, les entreprises du secteur informatique ne pourront ressortir que gagnantes de la crise sanitaire.

Dès le début du premier confinement, les entreprises ont du très vite s’adapter au télétravail, les architectes et ingénieurs cloud ont joué un rôle crucial dans ce changement. Les outils numériques qui proposent de la visioconférence, comme Zoom, ont vu leur nombre d’utilisateurs augmenter considérablement, aussi bien pour des usages personnels que professionnels.

La conséquence de cette tendance, c’est qu’en utilisant ces nouveaux éléments, les entreprises ont voulu aussi être rassurées quant à la protection de leurs données. Les sociétés détentrices de ces technologies, devenues subitement populaires, se sont rapidement mises au travail afin de développer leur sécurité et limiter au maximum les failles.

Un rebond post-confinement attendu

Les premières phases de la pandémie ont donc permis aux professionnels de l’informatique de montrer la nécessité de leurs compétences, mais leur importance ne s’arrête pas là. Les entreprises, mais aussi les organismes publics, ont bien conscience que le coronavirus ne va pas disparaître du jour au lendemain. Une identité numérique est aujourd’hui essentielle pour apporter une stabilité à un avenir plus qu’incertain. Le gouvernement est même vecteur de ce changement, en proposant un programme d’aide complet pour accompagner les TPE et PME vers la transition.

Du côté médical, le nombre de postes IT offert a augmenté, les pays développant des applications afin de suivre le Covid et d’informer les populations. Les salles de sports, contraintes de fermer la majorité du temps, ont dû repenser leur mode de fonctionnement afin de préserver leur clientèle, en offrant des services digitalisés comme des cours ou des suivis en ligne avec les coach. Dans le monde de l’art, on assiste à des ventes aux enchères numériques, des visites de musées en réalité virtuelle, des concerts en live sur Internet…

Du côté business, des modèles entiers d’entreprises sont en train d’être repensés afin d’augmenter la digitalisation de leurs services pour leurs clients, notamment en créant des applications numériques. La stratégie de vente au détail a engagé une mutation pour se déployer vers la vente en ligne et la création de nouvelles structures dédiées au E-commerce. La plupart des entreprises désirent désormais avoir recours aux professionnels de l’IT afin de développer leur avenir numérique, en perfectionnant le télétravail, mais aussi leur futur modèle financier. Leur succès n’est donc pas prêt de s’arrêter.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici